Archives

Où il est question de Pierre, de Loup, de chat. Mais surtout de chat.

Ça commence à nous faire beaucoup de monde dans un même titre. D’autant plus que concernant le chat, l’un n’ appartenant pas à la même histoire que l’autre, ça nous fait en tout quatre personnages dont je vais essayer de m’employer à vous parler pour le mieux.

Au départ, je recherchais désespérément sur Youtube, une petite animation visionnée il y a fort fort longtemps, où il était question d’un chat facétieux.
C’est alors que j’ai tout de même fini par retrouver trace du fameux Simon’s Cat, en allant piocher dans des mails datant de Mathusalem (notez que ça nous fait un personnage en plus qui apparaît ici), que j’avais heureusement conservé pour l’intérêt de leur contenu.

Ceux qui ont un jour adopté un chat comprendront; les autres en profiteront et riront tout autant:

Peut-être connaissiez-vous déjà cette petite animation?

Bref, laissons de côté ce petit intermède vidéo (je vous encourage d’ailleurs vivement à regarder toutes les aventures de Simon’s Cat) pour revenir à un sujet plus sérieux.
En opérant quelques courtes recherches à propos du précédent intéressé et de son auteur, je suis naturellement tombée sur le site du studio d’animation londonien TANDEM.
En parcourant rapidement les diverses rubriques, c’est non sans surprise que j’ai découvert l’extrait d’un court métrage en Stop Motion.
Pierre et le Loup, le célèbrissime conte musical pour enfant de Prokoviev, revisité par le talent de Suzie Templeton.

Le jour suivant cette fructueuse recherche, j’étais en train d’avidement arpenter les rayons vidéos de la Fnac.
Comment se fait-il que jusqu’ici j’ignorais l’existence de ce court métrage animé, d’à peine plus de 30 min, récompensé de plusieurs prix en 2008, et édité depuis peu par Arte Edition?
L’erreur fut donc vite réparée, et la vidéo dévorée (aussi vite que le loup gobe le canard).

Aucune parole. Juste la musique, et quelques sons d’ambiance.
L’histoire a été quelque peu modifiée, mais n’enlève rien au charme du conte.
D’autant plus qu’il a une bonne part d’humour cocasse, entre l’oiseau qui « vole » grâce à un ballon, un canard assez gai-luron et un peu benêt, un chat énorme au profil franchement ridicule…
J’en ris rien que d’y penser…

Une vidéo à mettre entre TOUTES les mains, dont je vous laisse à présent découvrir un court extrait:

(Si vous voulez vous procurer la vidéo, on la trouve ici, ou ici ou encore …)

(PS: je sais, je n’ai pas parlé du loup!)

En ce moment, je commets…

… Un taux incalculable d’absentéisme sur ce blog (et sur les vôtres)…
Avant de poursuivre le peu d’élan blogesque qui s’est emparé de moi la semaine dernière, je ressens le besoin de m’excuser pour toutes ces semaines si peu productives…

A dire vrai depuis quelques mois, mon envie d’écrire s’est un peu éteinte. Ma tête est moins disponible et j’ai également envie d’avoir d’autres amusements que celui de rester pendant des heures les yeux rivés sur mon écran d’ordinateur.
D’ailleurs, sans effort, j’ai réussi à me détacher petit à petit de ce dernier. Moi qui était complètement addict à mon Hataru, voilà que j’arrive à ne l’utiliser uniquement que pour consulter furtivement ma boîte mail une à deux fois dans la journée.
Comme quoi, tout se soigne, sans crise et sans douleur!

D’autres facteurs font aussi que j’ai également moins l’occasion de passer par ici.
Depuis quelques semaines, ma copine et néanmoins collègue, est pour l’instant logée chez nous. Ayant trouvé mon équivalence (et même mon maître) dans l’art du bavardage, j’avoue que mon activité linguistique a sans peine nettement pris le dessus sur toutes mes autres préoccupations quotidiennes…

S’ajoute une inquiétude grandissante qui concerne là, directement Mr Décroissant et moi-même.
Vous n’êtes pas sans savoir que cela fait quelques mois que nous sommes à la recherche d’un appartement à louer. Plus calme, plus grand, pas trop cher, près d’une gare, en bon état, avec un balcon/terrasse…
Bref, nous sommes assez pointilleux sur nos critères.
Désireux de ne pas revivre le même enfer que l’été passé (les nuisances de ce fameux bar étant toujours actuellement du même ordre … On a appris à se coucher avec le téléphone à côté du lit, prêt à appeler les flics lorsque ça dégénère…), nous avons donc envoyé une lettre de préavis.
Le 1er mai, nous devrions avoir déménagé…
Normalement…
Sauf que pour l’instant, nous allons de déceptions en déceptions, et nous n’avons toujours pas trouvé de quoi nous loger…
Je m’imagine déjà passer l’été prochain dans un petit camping situé dans l’arrière pays niçois… Logés dans une grosse caravane…
N’empêche, ça pourrait certainement être sympa, cette vie de bohème…

Circuit-du-serse

Enfin, les beaux jours reviennent et les envies de furtives escapades en montagne nous reprennent.
L’hiver laisse doucement sa place au printemps. En altitude, sur le flan nord des montagnes, la neige verglacée recouvre encore largement les sentiers, alors qu’en contrebas, dans les forêts de chênes, le chemin est bordé de primevères sauvages et d’anémones…

 

Circuit du Serse, randonnée à retrouver dans les guides RandOxygène.

Est-ce que toutes ces « bonnes » excuses suffisent à me faire pardonner autant d’absences?
A très bientôt donc, avec la suite de mes petites créations et réalisations…

goûter-gourmand

Ces derniers mois, entre autre, j’ai commis ça… (#1)

Pour un goûter réussi, cuisinez quelques petits cupcakes, ajoutez un ou deux fruits…
Sans rien demander, l’oiseau s’est invité…

 

goûter-gourmand

Une petite assiette gourmande réalisée à partir de patrons tirés de ce livre de Tilda.

Ce genre de réalisation demande tout de même une bonne dose de patience et de minutie. Car si la pomme ou l’oiseau (que vous avez déjà pu voir par ici ) prennent forme en trois coups de ciseaux et quelques aiguillées, les cupcakes demandent un peu plus d’agilité. Surtout quand il faut coudre la base ronde…

Beaucoup d’amusement, un peu d’énervement (quand même, parce qu’en fait, parfois, je ne suis pas très patiente), mais au final, de quoi donner un peu de couleur à sa déco.

(Demain, ou un autre jour, on fait du tricotin au kilomètre…)